filoulaterre

Lèves-toi, debout Lèves-toi pour tes droits Lèves-toi, debout N'abandonne pas le combat

filoulaterrienne: Lauryn Hill

Lauryn Hill

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Lauryn Hill en 2005 à Central Park.

 
Naissance 25 mai 1975 (39 ans)
South Orange, New Jersey, États-Unis
Activité principale Chanteuse
Activités annexes Actrice
Genre musical Hip-hop, soul, neo soul, reggae, rap
Années actives 1989- Aujourd’hui
Labels Legacy Recordings

Lauryn Hill est une chanteuse américaine de rap et de soul , née le 25 mai 1975 à South Orange (New Jersey).

Elle doit sa célébrité aux Fugees, dont elle était la chanteuse principale avant le début de sa carrière solo en 1998 avec l’album The Miseducation of Lauryn Hill. Avec cet album elle est sélectionnée 11 fois aux Grammy Awards en 19981. Elle intègre rap, soul, reggae et R&B dans sa musique. En 2012, elle a plaidé coupable à des accusations d’évasion fiscale pour défaut de paiement d’impôts fédéraux, et en juillet 2013, elle a commencé à purger une peine de prison de trois mois.

Début de carrière et The Fugees

Lauryn Hill a fréquenté l’école Columbia High School à Maplewood dans la banlieue ouest de New York, où elle a commencé à chanter et à jouer à un très jeune âge. Elle rencontre là-bas Pras Michel qui est son camarade de classe, et son grand ami Wyclef Jean avec qui ils forment le groupe The Rap Translators (le nom The Tranzlator Crew n’ayant été attribué qu’a posteriori, car c’est sous le nom de The Rap Translators que le groupe a commencé à se produire et enregistrer) en 1989 alors que Lauryn n’a que 13 ans.

Parallèlement à son activité au sein des Rap Translators, Lauryn fait ses débuts en tant que comédienne et continue ses études à l’université Columbia. Elle joue dans les shows télévisés As the World Turns (dans le rôle de « Kira Johnson » en 1991) et le film Sister Act 2 sortie en 1993 aux côtés de Whoopi Goldberg, film dans lequel elle démontre ses talents vocaux au grand public. Plus tard, Lauryn Hill jouera aussi dans le film de Steven Soderbergh King Of The Hill (en tant qu’Arletta, l’opératrice d’ascenseur), la pièce Club 127 et les films animés Hav Plenty (1997) et Restaurant (1998).

En 1994, les membres de Rap Translators sont contraints de changer de nom afin d’éviter toute confusion et conflit avec un autre groupe du même nom. Le groupe devient alors The Fugees. Leur premier album Blunted on Reality était musicalement très prometteur mais n’a pas atteint ses objectifs en matière commerciale, lors de sa parution. Il fut suivi par The Score, un disque qui fut plusieurs fois disque de Platine ce qui a installé les Fugees dans un succès international.

The Miseducation of Lauryn Hill

En 1998, Lauryn Hill commence sa carrière solo avec l’album The Miseducation of Lauryn Hill, un album salué par la critique qui fut également un des albums les plus vendus de l’année et de la décennie. Le titre de l’album fut inspiré du livre de Carter G. Woodson, The Miseducation of the Negro[réf. souhaitée].

Parmi les singles de l’album il y a Doo Wop (That Thing), Ex-Factor ou encore Everything is everything. Aux Grammy Awards de 1999, Lauryn Hill est nommée 11 fois et remporte cinq prix (l’album de l’année, le meilleur nouvel artiste, la meilleure performance vocale féminine R&B, la meilleure chanson R&B et le meilleur album R&B) instituant ainsi un nouveau record pour une artiste féminine.

En 2001, elle enregistre un album live de nouvelles chansons, MTV Unplugged No. 2.0. Accompagnée seulement d’une guitare, elle se concentre plus sur le message qu’elle veut faire passer, inspirée par ses convictions politiques et religieuses.

En 2004 elle fait une apparition sur scène dans un documentaire musical de Michel Gondry: Dave Chappelle’s Block Party, reformant pour l’occasion les Fugees aux côtés de Wyclef Jean et de Pras Michel.

Elle est apparue en tant que chanteuse dans les bandes originales des films Complots (Conspiracy Theory) en 1997 avec la chanson Can’t take My Eyes Off You et Divine Secrets of the Ya-Ya Sisterhood en 2001 avec la chanson Selah, dédiée à sa fille du même prénom. Elle a de plus enregistré une toute nouvelle chanson intitulée Lose Myself pour la bande sonore du film Les Rois de la glisse en 2007. Un nouveau titre est apparu en 2008, il s’intitule World is a hustle.

Depuis 2007, son statut vacille entre silence radio et quelques concerts (quand ils ne sont pas annulés) dans lesquels Lauryn interprète des chansons nouvelles, non commercialisées telles que Take Too Much (Rich Man), Guarding The Gates. Malgré quelques rumeurs persistantes sur la toile, aucun album n’est officiellement prévu pour l’instant.

Possible retour musical ?

D’habitude si secrète, l’ex-membre des « Fugees » s’est exprimée pour la première fois en dix ans sur sa disparition de la scène musicale.

Dans l’interview accordée au site NPR, Lauryn évoque notamment les raisons de ce départ précipité :  » Il y en a eu plusieurs. Mais c’est en partie à cause du système de soutien dont j’avais besoin et qui n’était pas en place. Il y a eu aussi des raisons personnelles, des choses que j’ai faites pour me dire que ça valait le coup ».

Mais même si l’artiste n’est pas en totale harmonie avec l’industrie du disque, elle n’exclut pas un éventuel retour en studio dans les prochains mois : « J’essaie d’élargir ma gamme et de chanter plus. Avec les « Fugees » et même avec l’album « The Miseducation », c’était vraiment hip-hop, toujours chanté sur des beats. Je ne pense pas que le public m’ait entendu réellement chanter. Si je retourne en studio, peut-être que ce sera différent. Les gens en entendront plus ».

Quelques chansons furent confectionnées depuis 2007, 2008 avec Lose Myself ( sur la BO de Happy Feet), World is a Hustle entre autres exemples. 2010 voire 2011 verrait enfin un probable retour avec un nouvel album. Néanmoins, en mettant de côté l’année 2009 où Lauryn a annulé une majeure partie de ses dates de tournée, elle n’a de cesse de parcourir les nations et chanter sur scène ses chansons revisitées. C’est depuis juin 2010 qu’elle évoque un possible retour musical sur support.

Lauryn Hill sera en concert à l’Olympia de Paris pour une unique date en France, le 16 avril 2012. Sa prestation reçoit un accueil mitigé2.

Le 4 octobre 2012, elle participe au concert Orange ROCKCORPS organisé au dôme de Marseille.

Suite à sa condamnation de fraude fiscale en mai 2013, elle est sous le coup d’une injonction légale lui donnant une date butoir pour sortir de nouvelles chansons, afin de payer ses dettes3.

Vie privée

Lauryn Hill a six enfants: Zion David-Nesta né en 1997, Selah Louise née en 1998, Joshua né en 2002, John né en 2003, Sarah née en 2008 et un garçon né en 2011, Michael Roman. Son compagnon, Rohan Marley, l’un des fils de Bob Marley, l’a quittée alors qu’elle était enceinte de son dernier enfant déclarant qu’il n’en était pas le père.

Selon Wyclef Jean, Lauryn Hill serait bipolaire. Ce dernier a affirmé ne pas vouloir travailler avec Lauryn Hill tant qu’elle ne se ferait pas soigner. Lauryn Hill semble aller mieux malgré quelques excentricités quand elle donne des concerts comme le 23 janvier 2011 à Montréal4. Catholique pratiquante, elle revendique ses croyances : elle s’est entre autres battue contre les abus sexuels des prêtres aux États-Unis5.

Condamnation

Le lundi 6 mai 2013, Lauryn Hill est condamnée par un tribunal de Newark, dans le New Jersey, à trois mois de prison et trois mois supplémentaires de résidence surveillée. Sa cellule doit l’accueillir à partir du 8 juillet 2013. En cause, des revenus de 1,8 million de dollars non déclarés entre 2005 et 2007. S’ajoutent aussi à cela les taxes fédérales et d’État impayées en 2008 et 2009, élevant le total des montants dus par la chanteuse à 2,3 millions de dollars. Avant la décision du tribunal, son avocat a assuré qu’elle s’est déjà acquittée de 970 000 dollars de dettes.

Ses démêlés avec la justice l’encouragent à publier de nouvelles chansons. Elle explique sur son Tumblr la parution de son nouveau titre Neurotic Society. Elle était en effet sous le coup d’une injonction légale, et les autorités judiciaires lui auraient fixé une « date limite » de sortie. Lauryn Hill a annoncé avoir signé un contrat avec Sony et prépare un nouvel album6.

Albums solo

Avec les Fugees

Grammy Awards

Catégorie Genre Chanson/Album Année Résultat
Best R&B Vocal Performance by a Duo or Group R&B Killing Me Softly 1996 Gagnante
Best Rap Album Rap The Score 1996 Gagnante
Album of the Year Top The Score 1996 Nommée
Best Female Pop Vocal Pop Can’t Take My Eyes Off You 1998 Nommée
Best Female Rap Solo Performance Rap Lost Ones 1998 Nommée
Best Female R&B Vocal Performance R&B Doo Wop (That Thing) 1998 Gagnante
Best R&B Vocal Performance by a Duo or Group R&B Nothing Even Matters avec D’Angelo 1998 Nommée
Best R&B Song (pour l’auteur) R&B A Rose Is Still A Rose – par Aretha Franklin 1998 Nommée
Best R&B Song (pour l’auteur) R&B Doo Wop (That Thing) 1998 Gagnante
Best R&B Album R&B The Miseducation Of Lauryn Hill 1998 Gagnante
Best Female Rap Solo Performance Rap Lost Ones 1998 Nommée
Best New Artist Top N/A 1998 Gagnante
Album of the Year Top The Miseducation of Lauryn Hill 1998 Gagnante
Album of the Year Top Supernatural 2000 Gagnante
Best Music Video (Short Form) General Everything Is Everything 2000 Nommée
Best R&B Song (pour l’auteur) R&B All That I Can SayMary J. Blige 2000 Nommée
Best Pop Collaboration with Vocals Pop Turn Your Lights Down Low, avec Bob Marley, soundtrack de The Best Man 2001 Nommée
Best Female Rap Solo Performance Rap Mystery Of Iniquity 2003 Nommée
Best R&B Vocal Performance by a Duo or Group R&B So High, avec John Legend 2005 Nommée

Filmographie

Notes et références

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

http://www.lauryn-hill.com/

Originais & Originados – Roberta Flack (1973) x Fugees (1996) – “Killing Me Softly With His Song”

Roberta Flack: seu clássico de 1973 voltou repaginado pelo Fugees duas décadas depois

Se liga no facelift pelo qual esse clássico do R&B/soul dos anos 1970 passou pouco mais de duas décadas depois de seu lançamento. “Killing Me Softly With His Song“, canção que Roberta Flack levou ao topo das paradas em 1973, voltou modernizada aos rankings do sucesso em forma de rap/neo soul pelas mãos de Lauryn Hill e os Fugees (que ainda contava com Pras e Wyclef Jean em sua formação) em 1996, encarnada em faixa do aclamado álbum The Score.

Apesar das mudanças, dá pra sentir claramente as raízes do som original na releitura dos Fugess, o que nos permite encarar a versão como uma verdadeira declaração de influências do trio. Aperte o PLAY e flutue por mais essa justaposição de clássicos!

ORIGINAL – ROBERTA FLACK – KILLING ME SOFTLY WITH HIS SONG (1973)

ORIGINADA – FUGEES – KILLING ME SOFTLY WITH HIS SONG (1996) 

Hier soir, l’ex-Fugees faisait une escale dans sa tournée mondiale pour un concert unique et émouvant. On y était, on vous raconte.

On avait l’embarras du choix hier soir à Paris, et c’est à l’ombre du concert de Jay Z et Beyoncé au Stade de France que la divine Lauryn Hill est venue poser ses lyrics dans une salle impatiente de contempler l’idole d’une certaine jeunesse. Et même si la salle n’était pas tout à fait complète – on voyait de-ci de-là des fauteuils vides – les gens ne se sont pas arrêter aux histoires qui courent sur la chanteuse bientôt quadragénaire. Hystérique sur scène pour certains, son retour prenait des aspects d’obligations financières au regard de ses soucis avec le fisc américain. Trois mois de prison pour fraude en 2013 et le port du survêtement orange vous change une femme. Cette fois-ci pour le meilleur.

A l’approche du Zénith, on palpe d’abord l’excitation et certains courent pendant que d’autres fument des clopes en gloussant sur le plaisir jubilatoire de voir une star si rare en concert. Son unique album studio – écoulé à plus de 18 millions de copies – a marqué une génération, et ce sont ces ados de 1998 qu’on aperçoit dans la file, des trentenaires hip-hop en tenues cools, qui ont appris une chose au moins ce soir : la patience. L’heure de retard se passe sous le signe des classiques du hip-hop poussés par un DJ de qualité supérieure (pass-pass et scratchs à gogo) qui donnent au Zénith des airs de bloc party familiale. Le public accroche et joue le jeu. Alors quant à 22h15 (oui, c’est tard), les musiciens arrivent enfin sur scène avec les choristes et qu’après une longue intro on aperçoit enfin Ms Hill, c’est la clameur et le soulagement.

Grandiose, veste chic et jupe classe

Sur scène elle arrive grandiose, veste chic et jupe classe, petit chapeau noir vissé sur la tête et, parcourue de mouvements électriques, pose sa voix au micro pour entamer une reprise musclée de Soul Rebel qu’elle enchaîne avec Everything Is Everything. Oubliez les rythmes à la cool de l’album, les morceaux du soir sont taillées pour faire vibrer les murs : le public d’abord surpris s’accommode bien des nouvelles orchestrations et se lève pour danser et entonner avec Lauryn Hill des paroles mille fois entendues. L’Américaine déborde d’énergie, et profite des premières minutes pour recadrer musiciens et techniciens à coup de signes de mains. Elle les dirige avec fermeté, organise les breaks, les montées et les descentes et quand on voit ses regards pour eux, on se demande si elle a envie de les embrasser ou de les buter. Les deux ? Elle déroule ensuite ses morceaux (Killing Me Sofly, Ex-Factor…) avec une vitesse et une présence incroyables. Retraitée du Game, Lauryn fait son jubilé en balançant un flow impeccable.

Quarante minutes se sont écoulées, la salle se plonge dans le noir et c’est guitare en main qu’elle revient pour un set acoustique. Ici pas de trémolos, et Lauryn pose sa voix simple et juste sur des airs impeccables : on s’assoit et on admire. Ca pouvait durer plus longtemps. Quand son groupe réinvestit la scène, c’est un peu assommés qu’on revient à des tempos plus rapides. Ms Hill a l’air sereine, plus détendue qu’en début de concert, un exercice qu’elle a peu pratiqué ses dernières années. Elle reprend ses pas de danse, et se lance dans un moment Fugees avec Ready Or Not, Fu-Gee-La, et Killing Me Softly : que tout le monde se rassure, elle est toujours parmi les meilleurs rappeuses en exercice.

La suite sous le signe de Bob Marley 

La suite est dédiée à l’univers Marley avec des tubes du maître qui mettent tout le monde d’accord (Jammin’ notamment) malgré la relative longueur de l’exercice : tout à son concert, heureuse d’être sur scène (elle s’est payé un bain de foule en sortant), la fille de South Orange n’a pas oublié qu’elle n’a qu’un album au compteur et que pour satisfaire il faut tenir au moins une heure trente. C’est avec Doo Wop (That Thing) qu’elle referme la parenthèse d’un concert parisien qui faire taire un peu la mauvaise réputation qui l’entoure.

16 ans et quelques déboires après Miseducation, Lauryn Hill semble prendre du plaisir à chanter de nouveau devant un public qui attend toujours son second album. Pas sûr qu’elle retrouve un jour le chemin du studio, même si personne ne doute de son talent musical et de son influence, à commencer par Beyoncé qui reprenait le même soir son tube Ex-Factor devant 70 000 personnes au Stade de France.

Lauryn Hill écrit à ses fans depuis sa cellule de prison

Par LEXPRESS.fr, publié le 23/07/2013 à  17:49

Incarcérée dans une prison du Connecticut pour fraude fiscale depuis le 8 juillet, Lauryn Hill, l’ancienne chanteuse des Fugees, a tenu à remercier et rassurer ses fans dans une lettre.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/culture/musique/lauryn-hill-ecrit-a-ses-fans-depuis-sa-cellule-de-prison_1268623.html#zyBiUTOKr8jKuQVU.99

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :