filoulaterre

Lèves-toi, debout Lèves-toi pour tes droits Lèves-toi, debout N'abandonne pas le combat

filoulaterrienne: Buika

Dès que je l’ai entendue, j’ai été touché par l’intensité et l’émotion que dégage Buika… Buika est ce que l’on appelle une “grande” chanteuse, capable de s’attaquer à n’importe quel style tout en restant unique et bouleversante… Concha [Buika] est capable de mettre son public au pied du mur. Ses chansons nous obligent à faire face à notre propre histoire amoureuse, là où nos échecs sont les plus cuisants.  Et l’on sait parfaitement après l’avoir écoutée que l’on va répéter les mêmes erreurs parce que la passion ne connaît pas de règles, ni le bon sens, ni même la prudence ou le regret. Dans “El Último Trago” [le dernier verre qui est également le dernier souffle], Buika célèbre la passion sous toutes ses formes, des plus éclatantes aux plus sombres. Et elle le fait d’une manière époustouflante et originale….Vu l’aisance avec laquelle Buika puise dans des styles aussi différents que la copla, le tango, la bulería, le bolero, la musique cubaine et le jazz, en les mêlant avec un talent et une fraîcheur rare, cette jeune femme a devant elle une carrière très prometteuse » CONCHA BUIKA – par Pedro Almodóvar

CALENDRIER

Visualiser la carte et la liste des concerts de Buika

VIDEO

Buika – Live au Bataclan – réalisation Francis Dupré, pour COULEURS JAZZ
https://www.youtube.com/watch?v=Htw2IKhLvcQ&feature=player_embedded

CONCHA BUIKA / “El Ultimo Trago Mixtape”

 

concha buika 91.jpg
I’ve explained before (here and here) that Concha Buika is one of my favorite singers. I’ve also looked at the problem of fame for a musician. How do you follow a hit? Do you make your next album like the last album or can you come up with something equally enchanting for the general public? In the process of producing new music what do you go for? Is there room to experiment?

Concha Buika you are a beast—and I mean that with total admiration.

El Ultimo Trago is a tribute album that is also a collaboration.

El Ultimo Trago is an ultimate triumph: as a tribute, as a collaboration and as a new release from a serious singer.

* * *

THE TRIBUTE

“Buika is my black daughter. She has the most amazing and personal voice I have heard in many years.”
—Chavela Vargas

The honored artist is Chavela Vargas. Here is a bio taken from the the glbtq website (an encyclopedia of gay, lesbian, bisexual, transgender, & queer culture).
chavela vargas profile.jpg

Acclaimed Costa Rican-Mexican performer and singer Chavela Vargas became notorious for the eroticism of her performances and for her open expression of lesbian desire.Vargas was born Isabel (« Chavela ») Vargas Lizano to Herminia Lizano and Francisco Vargas on April 19, 1919 in the province of Santa Bárbara de Heredia, Costa Rica, which is nestled between Nicaragua and Panama.

She grew up in Mexico, in exile, where she associated with leading intellectuals such as Frida Kahlo, with whom she had an affair, Diego Rivera, Agustín Lara, and Juan Rulfo, and even befriended political leaders such as Luis Echeverría, who served as President of Mexico from 1970 to 1976.

Vargas’s career as a singer commenced in the mid 1950s, under the direction of José Alfredo Jiménez, her producer. Her first recording came a decade later in 1961.

Vargas became famous in the mid-1960s for her hallmark interpretations, frequently melodramatic and heart-wrenching, of sentimental Mexican songs. The originality of her style and the deep pain she was able to communicate marked her as a singular talent.

At the same time, however, she became infamous for her outlandish behavior, which violated a number of Mexican taboos. Not only did she wear trousers and dress as a man, but she also smoked cigars, carried a gun in her pocket, and sported a red poncho in her celebration and vindication of folklore.

A crucial element of her radical performance art was her seduction of women in the audience and her singing rancheras written to be sung by a man to a woman.

chavela vargas 01.jpg

Vargas has come to be known as « the woman with the red poncho, » as the Spanish singer Joaquín Sabina dubbed her, as well as « the queen of Mexican song. » She shares this latter accolade with Mexico’s greatest popular singers: Lola Beltrán, Angélica María, Juan Gabriel, Lucha Reyes, and Rocío Durcal.For those intimately acquainted with her performances Vargas is known simply as « La Doña » or « La Chabela. » These epithets are signs of respect and reverence, which are extended to her despite her « black legend, » which included a devastating bout with alcoholism as well as overt lesbianism.

Vargas’ life has been dedicated to ritual performance that transgresses social, gender, and cultural borders through song. Perhaps because she was afflicted with illness in childhood–including polio and blindness that she declares were cured by shamans–she claims that she shares the stage with her own gods.

Through her long life, she has expressed a bold faith in spirituality and artistic expression–a faith that she has relied upon time and time again, especially when she has been labeled « other, » « queer, » and « strange. »

After gaining fame in the 1960s, Vargas fell into alcoholism in the 1970s. She retreated from the public sphere for about twelve years. She attempted comebacks with only modest success, though she did sing in local cabarets, especially those frequented by gay men, who continue to constitute a large fraction of her admirers.

In 1981, however, she made a major comeback with stellar performances in the Olympia Theatre of Paris, Carnegie Hall in New York, the Palacio de Bellas Artes in Mexico, and the Palau de la Música in Barcelona.

In the early 1990s she experienced another revival. Gay filmmaker Pedro Almodóvar helped bring her a new audience by incorporating her bold, expressive, and seductive music into his films.

Vargas has recorded over eighty albums. Among her most notable and cherished titles and interpretations are « Macorina, » « La China, » « La Llorona, » « Luz De Luna, » « Toda Una Vida, » « Corazón Corazón, » « Quisiera Amarte Menos, » and « Volver Volver. »

In November of 2000, the President of the Spanish government presented Vargas with « la Cruz de la Orden Isabel Católica, » one of the most prestigious awards for artistic production.

This award, the singer declares, is a testament to her vexed legacy, one that includes her unapologetic persona and creative lesbian aesthetic.

Given Concha Buika’s bold bisexuality as well as Concha’s musical adventurousness, Concha’s embracing of the legacy and artistry of Chavela Vargas is not only unsurprising, but also from a psychological perspective, the respect and admiration Concha accords to Chavela Vargas seems inevitable. How could Concha not be influenced and enthralled by Chavela?

Especially, if we listen to Chavela’s approach to singing, we clearly hear a seminal precursor to Concha. In the jukebox I’ve included two tracks from Chavela’s triumphant 2003 Carnegie Hall debut concert when Chavela was 83. Both “Se Me Hizo Facil” and “Un Mundo Raro” are covered by Concha Buika.

Although society is more open in the 21st century than in the mid-20th century, we should not ignore the struggle that queer artists have within industries and professions dominated by patriarchy, Christian and Islamic orthodoxies, and highly resistant strains of homophobia.

With regard to accepting themselves and facing the world, both Chavela and Concha are proud warriors.
chavela vargas 02.jpg

I’ve had to fight to be myself and to be respected. I’m proud to carry this stigma and call myself a lesbian. I don’t boast about it or broadcast it, but I don’t deny it. I’ve had to confront society and the Church, which says that homosexuals are damned. That’s absurd. How can someone who’s born like this be judged?I didn’t attend lesbian classes. No one taught me to be this way. I was born this way, from the moment I opened my eyes in this world. I’ve never been to bed with a man. Never. That’s how pure I am; I have nothing to be ashamed of. My gods made me the way I am.
—Chavela Vargas

concha buika 80.jpg

While she was married to the father of her 8-year-old son, Buika fell in love with a woman and arranged for the three of them to marry. She shrugs off the idea that there is anything strange in this, or in talking about it openly.

“I do what I do, and I’m not doing anything that other human beings haven’t done. All human beings are more or less the same. A lot of people don’t dare do things, but they think about them. People hide something bad. I haven’t done anything bad, so I don’t have any reason to hide it. What rule is there that two people can’t love a third person?”
—from Unconventional, and unashamed: Spain’s Concha Buika uses music to focus her capricious mind

 

COLLABORATION
concha buika 76.jpg
The fabled Cuban band leader, pianist and composer Chucho Valdes is note perfect in his role as the principal musician. He deftly guides the music in both its dramatic arrangements and its extraordinarily righteous rhythms.
concha buika 94.jpg
Listen closely to Chucho’s touch. When he is accompanying, he expertly frames Concha’s voice both supporting her flights as well as anticipating the expressive turns of her phrasing and dynamics. When he solos he swings with a subtle aggressiveness—sometimes he commands the whole keyboard with intricate chordal passages, other times he carves out ultra-attractive melodic lines. There are years and years of tasteful playing evident as his fingers massage the ivories.
concha buika 96.jpg
Chucho clearly understands the music and plays the compositions as though he composed them or at least played them since birth. But, for me, what really distinguishes what Chucho does is his prowess as a jazz pianist. His improvisations are both inventive and sophisticated.
concha buika 99.jpg
On top of all of Chucho’s masterful work is the intangible element of love that evidences itself throughout these recordings and elevates the music to the realm of the sublime. From the photos of them together and from the resulting music they make in collaboration, there is obviously great admiration and affection between pianist Chucho and vocalist Concha.

A SONIC DEVELOPMENT
concha buika 83.jpg
I feared for this new album. What would Concha do next? Would she take a risk or play it safe? Has she composed new music or perhaps found a creative youthful producer to come up with something innovative? What she has done is what all great musicians must do: Concha has dug up one of her musical roots and paid homage to significant elements of her aural origins.

Concha is music: everything there is to know about her is presented in performance. All of her: the facts and the fantasies, the scars and the beauty marks, the ecstasies and the depressions, the idiosyncrasies and the worldview. All is in the music, every song is an emotional autobiography, if not an aural diary.
concha buika 78.jpg
Plus, Concha is both fearless in facing herself and her audience. She is utterly frank, sometimes even discomforting in how her nakedness makes us feel that much of what we wear is not mainly, or even solely, for protection but rather for concealment, for camouflage, or worse of all, for masquerade. Like all great artists, when we regard Concha, her expressions, her existence ultimately force us to consider (and reconsider) ourselves.

This album of old, sentimental romance songs is the exact opposite of nostalgia—rather than revel in the past, we are encouraged to consider the present, to think about what we can do with whatever are the elements of our own histories. The music is wonderful but Chucho and Concha’s modern interpretations make everything mo’ betta than it would be if they simply tried to recapture a bygone era.

Trago is based on more than simply Concha Buika’s ideological and experiential affinity for Chevela Vargas’ life and music. This is also a sterling jazz album—the arrangements are gems and, the musical execution is superb. There is nothing flashy even though there is an undeniable flair of the dramatic in Concha’s interpretations.
concha buika 79.jpg
Near stereotypical Latin fire permeates each song, but, though they could easily have veered off into hackneyed melodrama, Concha reins in her penchant for power singing, no doubt guided by Chucho’s tendency for understatement. Like drinking two glasses of a chilled Sherry, the potency of the music sneaks up on you. Instead of being awed by fireworks, we are seduced by caresses. This is quietly awesome music.
concha buika 75.jpg
I’m the totally impressed dinner guest, so impressed that before I have finished this meal, I am already craving more, already trying to decide what I want to request for the next meal—my complements to both chefs.

Concha, allow me a small conceit, please. If it’s not asking too much, would it be possible to have a live album next that covers the range of your musical tastes?

—Kalamu ya Salaam

Concha Buika Trago Playlist
concha buika 66.jpg
All tracks are from Concha’s new album, El Ultimo Trago featuring Chucho Valdes. The succinct album has twelve tracks of songs associated with Chavela Vargas. A few selections are duets with Concha and Chucho, other tracks are trio and voice arrangements, and some have an added ingredient such as trumpet or guitar soloist, or a backing chorus. It is both well conceived and expertly achieved as both a tribute album and a contemporary expression.
concha buika trago cover.jpg
01 “Sombras”
02 “Las Ciudades”
03 “El Andariego”
04 “Se Me Hizo Facil”
05 “Un Mundo Raro”
06 “Somos”

chavela vargas carnegie cover.jpg
The two closing selections by Chavela Vargas are from Chavela at Carnegie Hall.
07 “Se Me Hizo Facil”
08 “Un Mundo Raro”

Biographie de Buika


Concha Buika, dite Buika, née María Concepción Balboa Buika, est une chanteuse espagnole d’origine équato-guinéenne, née le à Palma de Majorque (Espagne). Elle grandit parmi des gitans et sa musique mêle le flamenco avec le soul, le jazz, le funk et la copla. La voix de Buika possède à la fois les inflexions rauques d’une diva du jazz, les mélismes d’une grande du flamenco et le tempo d’une reine africaine. Selon la Warner music spain, son label, c’est l’une des chanteuses les plus singulières du panorama de la musique espagnole actuelle.

Biographie

Famille et jeunesse

Les parents de Concha Buika ont fui leur pays, la Guinée équatoriale. Ancienne colonie espagnole d’Afrique, le pays était sous la férule du dictateur équato-guinéen Francisco Macías Nguema (1968-1979), reconnu coupable de génocide. Ils s’installent à Palma de Majorque aux Iles Baléares où Concha (diminutif de Maria Concepción) Balboa Buika naît le 11 mai 1972. En réponse à cette époque coloniale, un tatouage orne aujourd’hui sa peau : « Ce sont les noms tribaux de mes proches […] en Guinée équatoriale, les prêtres espagnols venus nous baptiser nous ont obligés à prendre des noms chrétiens, mais nous avons conservé les noms traditionnels. Le premier est celui de ma mère, puis le mien, Kitailo, hérité de ma grand-mère. Ensuite ceux de mes sœurs, puis de mes nièces, enfin celui de mon fils ».

Au foyer, on parle et chante bubi, une langue menacée de disparition au profit du fang en Guinée équatoriale. Son père, mathématicien et poète, disparaît sans donner d’explication quand Concha a 9 ans. Elle le décrit ainsi : « Mon père, c’était un dissident, un socialiste. Il était écrivain, croyait à la force de la parole. Il combattait la dictature mais voulait imposer ses idées par la force. Il était, à sa manière, un dictateur ». Sa mère élèvera la famille seule.

La nombreuse fratrie grandit dans le quartier le plus déshérité de Palma : le Barrio Chino, au milieu de prostituées et de toxicomanes. Buika fréquente volontiers la marge et le monde des gitans où elle s’imprègne de flamenco. « Quand j’avais 16 ans, je chantais et je clappais des mains dans les rues. En rentrant de l’école, on entendait de la musique qui s’échappait des fenêtres […]. »

Comme elle le chante dans New Afro Spanish Generation sur son premier album, elle n’est ni gitane, ni , ni espagnole. Sa voix porte autant les accents des chants africains entendus durant son enfance que des disques de Piaf de sa mère ou des lamentos vibrants, déchirant les rues pourries de son quartier.

Ses débuts

Concha Buika part à Londres « sans objectif, ni argent, sans même parler l’anglais », à un moment où elle ne savait pas « où poser ses fesses » et où elle a appris qu’il est possible de « survivre partout »Pat Metheny lors d’un concert qu’elle décide de devenir chanteuse<ref name= »Mondomix »/>.

De retour à Palma de Majorque, ville colonisée par les touristes allemands, elle commence à se produire avec des groupes locaux et adapte les chansons africaines de son enfance au flamenco. Elle se nourrit également de jazz et de soulLas Vegas, grâce à sa ressemblance, physique et vocale, avec Tina Turner. « Je chantais ses chansons, dansais comme elle, ça a duré un an<ref name= »Libé1″/>. »

Dans les années 1990, elle participe à plusieurs productions comme Ombra de La Fura dels Baus ou la bande originale de Km.0. En même temps, elle compose des chansons assez populaires dans le monde européen de la musique House : Ritmo para voçé, Up to the sky ou Loving you.

En 2000, elle crée un album, Mestizüo, avec le pianiste Jacob Sureda. Son premier album personnel, Buika. sort en 2005 et attire l’attention sur sa voix exceptionnelle. Elle croise le musicien et producteur Javier Limón qui se charge du deuxième opus : Mi Niña Lola.

Mi Niña Lola

En 2006, Javier Limón, auréolé des succès de ses premiers travaux, Lagrimas Negras, et le dernier Paco de Lucía, Cositas Buenas, lance son label Casa Limon et propose à Buika une esthétique flamenco et une brochette de musiciens d’exception : la guitare de Niño Josele, la percussion de Ramòn Porrina y Piraña, le bassiste cubain Alain Perez, la trompette de Jerry GonzalezJodida pero contenta (« Niquée mais contente »), la dernière chanson du CD, où elle philosophe sur les bénéfices qu’on peut retirer des expériences douloureuses. Reflet d’une personnalité véhémente qui n’hésite pas, au fil des interviews, à mettre en avant sa bisexualité, et à revendiquer la consommation de cannabis et le téléchargement non payant<ref name= »Libé1″/>.

Pour Buika, Mi Niña Lola est « un hommage à [sa] grand-mère qui, comme beaucoup de femmes africaines vivant dans un pays africain appartenant aux Européens, a eu une vie si difficile qu’elle n’imaginait pas qu’on puisse lui dédier une chanson. »

C’est avec cet album que Buika se révèle au public français. « Que le public parle espagnol ou pas ne fait aucune différence pour moi, confie la chanteuse. J’aime qu’il m’entoure, je me confie à lui comme quand, gamine, je rentrais à la maison avec quelque chose à raconter à maman. Le public, les musiciens et moi ne faisons qu’un, c’est ça un concert ».

En 2006, cet album fut deux fois récompensé aux Latin Grammy Awards et disque d’or en Espagne. Néanmoins, pour Buika ce disque paraît moins important que ses concerts : « Un disque, c’est une chose morte, la photographie d’un instant qui a existé mais qui ne m’intéresse plus. Un merveilleux mensonge. Je n’écoute jamais les miens, je n’ai jamais regardé des images de moi sur scène. Je ne me retourne jamais en arrière, c’est un pacte que j’ai passé avec moi-même. »

Niña de Fuego

Pour ce troisième album, sortit en 2008, Buika chante ses expériences intimes avec des textes personnels ou composés par Javier Limón. Tout en jouant de la guitare flamenco, Javier Limòn a fait appel à Ivàn « Melon » Lewis au piano, Dany Noël à la basse et contrebasse, Ramòn Porrina y Piraña à la batterie, Carlitos Sarduy aux percussions, Mandela à la trompette et enfin Paquète au trombone.

L’album Niña de Fuego fait la part belle à la copla, la chanson populaire des années 1930 à 60, telle que l’interprétait Concha Piquer (1906-1990). En effet, Concha Buika interprète Falsa Moneda, un classique de la copla et la ranchera mexicaine avec Volver, Volver, du répertoire de Chavela Vargas. Elle y interprète également La Bohème d’Aznavour, en espagnol.

Suite de ses différentes collaborations

Sa tournée mondiale terminée, elle travailla avec Mariza pour créer un duo, duo inclus sur son album Terra (Pequeñas Verdades). De même, elle collabora avec Eleftheria Arvanitaki sur une chanson nommée Mírame. En Septembre 2009, sort une autre collaboration avec Nelly Furtado sur le titre Fuerte, un hymne à la force des femmes.

Le 20 Octobre de la même année, sort à travers le monde entier, son nouvel album El Ultimo Trago, un hommage à Chavela Vargas et Bebo Valdes, enregistré en live à Cuba Abdala Studios avec Chucho Valdes et son quartet.

En 2011, elle apparaît dans La piel que habito, film de Pedro Almodóvar où elle interprète deux chansons, Por el Amor de Amar et Se me Hizo Fácil, tandis que sort son album rétrospectif intitulé En mi piel.

Le 3 juin 2013 parait en France le septième album de Buika intitulé Noche más larga. Cet opus permet à Buika d’obtenir une nomination lors de la cérémonie des Grammy Awards dans la catégorie Meilleur album de jazz latin.

Regards personnels

  • « Un artiste n’est pas celui qui chante ou peint, mais celui qui fait de sa vie un art. »
  • « Pour moi, la qualité de la musique ne dépend pas de la voix, mais de l’histoire qu’elle véhicule, car la voix fluctue avec les circonstances. Ma voix n’est pas spéciale, je ne l’ai pas travaillée car personne ne peut m’apprendre comment chanter. Toutes les voix sont belles si elles disent des sentiments. »
  • « Je ne sais pas ce qu’est l’âme ou la soul. Pour moi, le cœur est un muscle, un point c’est tout, et pour tout vous dire au plus profond de mon cœur, il n’y a que du sang! »

Discographie

  1. My One and Only Love
  2. Stand By Me
  3. Teatro
  4. Autumn Leaves
  5. Misty
  6. La Salvadora
  7. Bye Bye Black Bird
  8. Buika La Planette
  9. Ragharab
  1. New Afro Spanish Generation
  2. Little Freaky Girl
  3. Jodida Pero Contenta
  4. Echate a Mi Vera
  5. Que Pasa
  6. Talk to Me (Habla)
  7. Se Me Escapan Las Palabras
  8. Tu Caramelo
  9. Solea de Libertad
  10. Nina de Fiesta
  11. Bailando Mi Pena
  12. Nostalgias
  1. Mi niña Lola
  2. Ojos verdes
  3. Te camelo
  4. Ay de mi primavera
  5. A mi manera
  6. Nostalgias
  7. Triunfo
  8. Buleria alegre
  9. Love
  10. Loca
  11. Jodida pero contenta
  1. La falsa moneda
  2. Culpa mia
  3. Mienteme bien
  4. La niña de fuego
  5. Arboles de agua
  6. La niebla
  7. No habra nadie en el mundo
  8. Volver, volver
  9. Volveras
  10. Mentirosa
  11. Hay en la luz
  12. Llegar a ti
  13. La bohemia
  1. Soledad
  2. Sombras
  3. Las ciudades
  4. Cruz de olvido
  5. El andariego
  6. En el ultimo trago
  7. Se me hizo facil
  8. Un mundo raro
  9. Las simples cosas
  10. Somos
  11. Luz de luna
  12. Vamonos

CD 1

  1. Por el amor de amar (b.s.o. la piel que habito)
  2. Se me hizo facil (b.s.o. la piel que habito)
  3. Mi niña Lola (cd mi niña lola)
  4. Nostalgias (niña de fuego reedición)
  5. No habra nadie en el mundo (niña de fuego)
  6. Talk to me (cd buika)
  7. New afro spanish generation (cd buika)
  8. Jodida pero contenta (cd mi niña lola)
  9. La falsa moneda (cd niña de fuego)
  10. Árboles de agua (cd niña de fuego)
  11. Volver directo
  12. El último trago (cd el ultimo trago)
  13. Somos (cd el ultimo trago)
  14. Volverás (cd niña de fuego)

CD 2

  1. Sueño con ella (inédita)
  2. Oro santo (cd mujeres de agua)
  3. En el mismo lugar (cd limon)
  4. Nos hizo falta tiempo (duo con armando manzanero)
  5. Llegar a ti (cd niña de fuego reedición)
  6. Baiha negra (con bebo valdes) cd niña de fuego reedición
  7. Como era (inédita)
  8. Habanerias (cd son de limon)
  9. Triunfo (dúo con montse cortes)(cd mi niña lola)
  10. You get me (dúo con seal)
  11. Volver, volver (directo en nort sea jazz festival rotterdam 2011)
  12. Perla marina (cd ivan melón lewis quintet)
  1. Sueño con ella (Versión 2013)
  2. Siboney
  3. Ne me quitte pas
  4. Yo vengo a ofrecer mi corazón
  5. La nave del olvido
  6. La noche más larga
  7. Don’t explain
  8. No lo sé (feat. Pat Metheny)
  9. Santa Lucia
  10. Los solos
  11. Cómo era (Versión 2013)
  12. Throw it away
  13. In her family

conchabuikamusic.com, site officiel

Notes et références

This entry was posted on Monday, November 2nd, 2009 at 2:59 am and is filed under Cover. You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.

Concha Buika

Buika

alt=Description de l'image Buika.jpg.
Informations générales
Nom de naissance María Concepción Balboa Buika
Naissance 11 mai 1972 (42 ans)
Palma de Mallorca, Îles Baléares, Drapeau de l'Espagne Espagne
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Flamenco, soul, jazz, funk, copla
Instruments Voix
Années actives 2000 – Présent
Labels Warner Music Group (label du type Major)
Site officiel www.conchabuikamusic.com

Concha Buika, dite Buika, née María Concepción Balboa Buika, est une chanteuse espagnole d’origine équato-guinéenne, née le 11 mai 1972 à Palma de Majorque (Espagne). Elle grandit parmi des gitans et sa musique mêle le flamenco avec le soul, le jazz, le funk et la copla. La voix de Buika possède à la fois les inflexions rauques d’une diva du jazz, les mélismes d’une grande du flamenco et le tempo d’une reine africaine1. Selon la Warner music spain2, son label, c’est l’une des chanteuses les plus singulières du panorama de la musique espagnole actuelle.

Famille et jeunesse

Les parents de Concha Buika ont fui leur pays, la Guinée équatoriale. Ancienne colonie espagnole d’Afrique, le pays était sous la férule du dictateur équato-guinéen Francisco Macías Nguema (19681979), reconnu coupable de génocide. Ils s’installent à Palma de Majorque aux Iles Baléares où Concha (diminutif de Maria Concepción) Balboa Buika naît le 11 mai 19723,1. En réponse à cette époque coloniale, un tatouage orne aujourd’hui sa peau : « Ce sont les noms tribaux de mes proches […] en Guinée équatoriale, les prêtres espagnols venus nous baptiser nous ont obligés à prendre des noms chrétiens, mais nous avons conservé les noms traditionnels. Le premier est celui de ma mère, puis le mien, Kitailo, hérité de ma grand-mère. Ensuite ceux de mes sœurs, puis de mes nièces, enfin celui de mon fils3 ».

Au foyer, on parle et chante bubi, une langue menacée de disparition au profit du fang en Guinée équatoriale. Son père, mathématicien et poète, disparaît sans donner d’explication quand Concha a 9 ans. Elle le décrit ainsi : « Mon père, c’était un dissident, un socialiste. Il était écrivain, croyait à la force de la parole. Il combattait la dictature mais voulait imposer ses idées par la force. Il était, à sa manière, un dictateur3 ». Sa mère élèvera la famille seule.

La nombreuse fratrie grandit dans le quartier le plus déshérité de Palma : le Barrio Chino, au milieu de prostituées et de toxicomanes. Buika fréquente volontiers la marge et le monde des gitans où elle s’imprègne de flamenco. « Quand j’avais 16 ans, je chantais et je clappais des mains dans les rues. En rentrant de l’école, on entendait de la musique qui s’échappait des fenêtres […]4 ». « Beaucoup de poètes qui fuyaient la répression Franquiste se sont cachés dans les quartiers gitans. C’est là qu’ils ont écrit de sublimes textes flamenco chantés par les Gitans. Le flamenco appartient à quiconque veut le ressentir et le vivre. […]4. »

Comme elle le chante dans New Afro Spanish Generation sur son premier album, elle n’est ni gitane, ni gadji, ni espagnole. Sa voix porte autant les accents des chants africains entendus durant son enfance que des disques de Piaf de sa mère ou des lamentos vibrants, déchirant les rues pourries de son quartier4.

Ses débuts

Concha Buika part à Londres « sans objectif, ni argent, sans même parler l’anglais », à un moment où elle ne savait pas « où poser ses fesses » et où elle a appris qu’il est possible de « survivre partout »4. « J’ai fait toutes sortes de métiers et [je n’ai] jamais pleuré sur mon sort. J’ai nettoyé des bureaux et des cafés, chanté dans des mariages. J’ai même été hôtesse dans un service de téléphone érotique. Ça n’avait rien de glamour : on était plusieurs filles dans une grande salle, en savates et en survêtement, on simulait l’orgasme au téléphone pendant qu’on gardait un œil sur une série à la télé. C’est ce qui a payé ma première guitare3. » C’est en découvrant Pat Metheny lors d’un concert qu’elle décide de devenir chanteuse4.

De retour à Palma de Majorque, ville colonisée par les touristes allemands, elle commence à se produire avec des groupes locaux et adapte les chansons africaines de son enfance au flamenco. Elle se nourrit également de jazz et de soul1,3. Elle se fera remarquer dans les lieux nocturnes de l’île aux touristes au point qu’elle obtient un engagement pour chanter en anglais à Las Vegas, grâce à sa ressemblance, physique et vocale, avec Tina Turner. « Je chantais ses chansons, dansais comme elle, ça a duré un an3. »

Dans les années 1990, elle participe à plusieurs productions comme Ombra de La Fura dels Baus ou la bande originale de Km.0. En même temps, elle compose des chansons assez populaires dans le monde européen de la musique House : Ritmo para voçé, Up to the sky ou Loving you5.

En 2000, elle crée un album, Mestizüo, avec le pianiste Jacob Sureda. Son premier album personnel, Buika. sort en 2005 et attire l’attention sur sa voix exceptionnelle. Elle croise le musicien et producteur Javier Limón qui se charge du deuxième opus : Mi Niña Lola3.

Mi Niña Lola

Concha Buika lors du Rhino Jazz festival, au sein de l’Église de Villars (Loire)

En 2006, Javier Limón, auréolé des succès de ses premiers travaux, Lagrimas Negras, et le dernier Paco de Lucía, Cositas Buenas, lance son label Casa Limon et propose à Buika une esthétique flamenco et une brochette de musiciens d’exception : la guitare de Niño Josele, la percussion de Ramòn Porrina y Piraña, le bassiste cubain Alain Perez, la trompette de Jerry Gonzalez1. Cette production hisse la voix de Buika et sa poésie. Buika est également capable de composer des choses aussi radicales que Jodida pero contenta (« Niquée mais contente »), la dernière chanson du CD, où elle philosophe sur les bénéfices qu’on peut retirer des expériences douloureuses. Reflet d’une personnalité véhémente qui n’hésite pas, au fil des interviews, à mettre en avant sa bisexualité, et à revendiquer la consommation de cannabis et le téléchargement non payant3.

Pour Buika, Mi Niña Lola est « un hommage à [sa] grand-mère qui, comme beaucoup de femmes africaines vivant dans un pays africain appartenant aux Européens, a eu une vie si difficile qu’elle n’imaginait pas qu’on puisse lui dédier une chanson4. »

C’est avec cet album que Buika se révèle au public français. « Que le public parle espagnol ou pas ne fait aucune différence pour moi, confie la chanteuse. J’aime qu’il m’entoure, je me confie à lui comme quand, gamine, je rentrais à la maison avec quelque chose à raconter à maman. Le public, les musiciens et moi ne faisons qu’un, c’est ça un concert »3.

En 2006, cet album fut deux fois récompensé aux Latin Grammy Awards et disque d’or en Espagne. Néanmoins, pour Buika ce disque paraît moins important que ses concerts : « Un disque, c’est une chose morte, la photographie d’un instant qui a existé mais qui ne m’intéresse plus. Un merveilleux mensonge. Je n’écoute jamais les miens, je n’ai jamais regardé des images de moi sur scène. Je ne me retourne jamais en arrière, c’est un pacte que j’ai passé avec moi-même3. »

Niña de Fuego

Concha Buika lors du Rhino Jazz festival, au sein de l’Église de Villars (Loire)

Pour ce troisième album, sortit en 2008, Buika chante ses expériences intimes avec des textes personnels ou composés par Javier Limón6. Tout en jouant de la guitare flamenco, Javier Limòn a fait appel à Ivàn « Melon » Lewis au piano, Dany Noël à la basse et contrebasse, Ramòn Porrina y Piraña à la batterie, Carlitos Sarduy aux percussions, Mandela à la trompette et enfin Paquète au trombone.

L’album Niña de Fuego fait la part belle à la copla, la chanson populaire des années 1930 à 60, telle que l’interprétait Concha Piquer (1906-1990). En effet, Concha Buika interprète Falsa Moneda, un classique de la copla et la ranchera mexicaine avec Volver, Volver, du répertoire de Chavela Vargas. Elle y interprète également La Bohème d’Aznavour, en espagnol3.

Suite de ses différentes collaborations

Sa tournée mondiale terminée, elle travailla avec Mariza pour créer un duo, duo inclus sur son album Terra (Pequeñas Verdades). De même, elle collabora avec Eleftheria Arvanitaki sur une chanson nommée Mírame. En Septembre 2009, sort une autre collaboration avec Nelly Furtado sur le titre Fuerte, un hymne à la force des femmes7.

Le 20 Octobre de la même année, sort à travers le monde entier, son nouvel album El Ultimo Trago, un hommage à Chavela Vargas et Bebo Valdes, enregistré en live à Cuba Abdala Studios avec Chucho Valdes et son quartet.

En 2011, elle apparaît dans La piel que habito, film de Pedro Almodóvar où elle interprète deux chansons, Por el Amor de Amar et Se me Hizo Fácil, tandis que sort son album rétrospectif intitulé En mi piel.

Le 3 juin 2013 parait en France le septième album de Buika intitulé Noche más larga. Cet opus permet à Buika d’obtenir une nomination lors de la 56e cérémonie des Grammy Awards dans la catégorie Meilleur album de jazz latin.

Regards personnels

  • « Un artiste n’est pas celui qui chante ou peint, mais celui qui fait de sa vie un art6. »
  • « Pour moi, la qualité de la musique ne dépend pas de la voix, mais de l’histoire qu’elle véhicule, car la voix fluctue avec les circonstances. Ma voix n’est pas spéciale, je ne l’ai pas travaillée car personne ne peut m’apprendre comment chanter. Toutes les voix sont belles si elles disent des sentiments4. »
  • « Je ne sais pas ce qu’est l’âme ou la soul. Pour moi, le cœur est un muscle, un point c’est tout, et pour tout vous dire au plus profond de mon cœur, il n’y a que du sang4! »

les autres projets Wikimedia :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :